Philippe Claudel publie en 2018 son nouveau roman, L'archipel du chien.

L'histoire se passe sur une île d'un archipel imaginaire, l'archipel du chien. Un matin, on retrouve trois corps de noir sur la plage. Seulement 6 personnes sont au courant de la situation: le maire, le curé, l'instituteur, la vielle, un pécheur appelé le Spadon et Amérique. Une question se pose alors: que faire des corps ? La décision prise par le maire est rapidement admise par tous les personnages, à l'exception de l'instituteur qui tente durant tout le récit de faire entendre sa voix. On va donc jeter les corps dans un des cratères du volcan de l'île afin de ne plus en entendre parler.

Seulement, cela ne se passe que durant le premier tiers du récit: ensuite, un passeur finit par avoir vent de l'histoire qu'il y a eu et il va alors semer la discorde sur l'île, en se faisant passer pour un commissaire. Le maire tente de dissimuler les preuves, mais ce n'étais pas la bonne décision et la situation empire. La communauté de l’ile va-t-elle résister à cet imprévu ? Pour le savoir, Lisez le livre !

Personnellement j'apprécie le réalisme de ce livre: cela permet de nous faire réfléchir sur la situation qui nous est présenté. On peut facilement se l'imaginé car l'auteur reste assez flou sur le lieu ainsi que l'identité des personnages: ils ne sont appelé que par leurs fonction, a l'exception d’Amérique. Ainsi, je trouve le début du livre particulièrement intéressant. Cependant, je pense que la fin est un peu exagérée, même si il est vrai la situation est tout de même plausible.